Information

Retrouvez toutes les informations concernant le Coronavirus - COVID-19 sur http://www.vresse-sur-semois.be/fr/coronavirus/

Avertissement

Tous les événements sont reportés indéfiniment

Coche verte
Centre Touristique et Culturel
Vous êtes ici : Accueil / Découvrir / Patrimoine / Léon Frederic et Nafraiture

Léon Frederic et Nafraiture

La vie du peintre Baron Léon Frederic est étroitement liée au village de Nafraiture et à son église.

L'église et son triptyque

Que de lignes et de pages il me faudrait pour conter la richesse artistique de l’intérieur de cette petite église dans un village de l’Ardenne namuroise.

Les trois artistes, Léon Frederic, Christian Leroy et Mathieu Ackermans y ont, chacun avec leur technique, leur âme et leur foi, enrichi d’une façon extraordinaire notre patrimoine.

Hélas, il me faut ici contenir mon émotion mais, si, comme eux, l’art et l’amour du terroir font parties intégrantes de votre sensibilité, s’il vous plaît, visitez cet édifice religieux ! Des églises provençales possèdent des œuvres de Chagall… Nous, nous avons ces trois artistes dans l’église de Nafraiture.

Léon Frederic, né à Schaerbeek en 1856, découvre et s’éprend de notre région. Il y restera 40 ans. Il offrira à la paroisse par affection un triptyque remarquable aux dimensions imposantes réalisé en 1892. Celui-ci fut exposé à Paris en 1972, au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles en 1980, à Düsseldorf en 1981, à Tokyo en 1983 ...

Le premier tableau, c’est la création du monde : Dieu le père tient d’une main le soleil et de l’autre la lune. Dans le second, l’Immaculée Conception écrase le serpent ou bien c’est l’ange qui chasse le pécheur tandis que la pomme est à moitié mangée.

Le troisième : la Sainte Face sanguinolente d’un Christ couronné d’épines.

Deux enfants processionnent cette image dans notre campagne.

Un autre tableau magistral de Léon Frederic évoquant « Le Viatique à la Paralytique » se trouve dans le nouveau Centre d’Interprétation d’Art de l’Ecole de Vresse.

Christian Leroy est un binchois né en 1931. Je ne citerai, parmi ses nombreuses références, que celle du grand prix de la sculpture de l’Académie de Belgique en 1971. Vous pourrez admirer un Saint-Joseph dont les yeux semblent regarder loin, très loin, si loin qu’on ne sait pas suivre leur chemin jusqu’au bout ; et, une Vierge à l’Enfant avec Sainte-Anne, patronne du village. Il s’agit là d’une terre cuite polychromée à la poussière d’émail.

Mathieu Ackermans, condisciple de Christian Leroy à Saint-Luc à Bruxelles, en plus d’un tabernacle fait d’argent et d’émail rouge a conçu un lutrin en bois sculpté et les quatorze stations du Chemin de Croix en terre cuite émaillée qui marient la modernité et l’art roman.

Qu’attendez-vous pour visiter l’église de Nafraiture ?

Le peintre Baron Léon Frederic

Léon Frédéric est né le 26 août 1856 à Bruxelles et est décédé le 25 janvier 1940 à Schaerbeek. Il fut anobli baron en 1929 par le Roi Albert 1er. Il fut l'un des plus grands représentants du symbolisme et du réalisme belges.

Découverts en 1883 par Léon Frederic à l’occasion du mariage d’une cousine avec l’ancien instituteur du village, le village de Nafraiture et les Ardennes ont sans conteste retenu l’attention du peintre. Chaque année, pendant quarante ans, l’artiste séjourne auprès des paysans, logeant chez Philomène Poncelet, boutiquière du village. Son quotidien rural lui inspire ses principales œuvres exposées dans les salons artistiques de toute l’Europe.

Il sera possible d’observer que cet intérêt pour le monde rural, loin d’être isolé, est partagé par bon nombre d’artistes de la scène européenne, du célèbre Paul Gauguin au plus discret Georges Lebrun. Le parcours de Léon Frederic en Ardennes se révèle aussi sincère que réfléchi s’apparentant à un positionnement clair de l’artiste dans le champ artistique.

Ces séjours en Ardennes tiennent plus d’une retraite prolongée, ou plutôt d’une retraite artistique lui permettant d’accumuler études, croquis et sources d’inspiration pour les œuvres créées en atelier une fois son retour à la ville.

Nafraiture offre à l’artiste ses principales inspirations à partir de 1884. Ses premiers séjours en Ardennes coïncident avec son épanouissement professionnel dû au succès international remporté par son triptyque à caractère social Les Marchands de craie (1882-1883 – M.R.B.A.B. : Musée Fin-de-siècle Museum). Nafraiture apporte à l’artiste de nouveaux sujets, une nouvelle manière et une individualité qui seront loués aussi bien en Belgique qu’à l’international, établissant durablement sa réputation.

Extrait de la plaquette « Le peintre Léon Frederic à Nafraiture » par Benjamin Foudral, doctorant en Histoire de l’Art, 2017. Celle-ci est en vente au prix de 7,00€ à la Glycine et au Centre d'Interprétation d'Art à Vresse.

Les 125 ans du triptyque

A l'occasion des 125 ans du triptyque, diverses manifestations ont été réalisées durant l'année 2017 (rétrospective au Centre d'Interprétation d'Art à Vresse ~ conférence sur le peintre par Monsieur Foudral, doctorant en histoire de l'art ~ petits tableaux réalisés par les enfants des écoles "Peindre à la manière de L.Frederic

Par ailleurs, une magnifique stèle en bronze à l'effigie du peintre posée sur un chevalet en pierre de schiste orne désormais la place du village. A l'intérieur de l'église : un bronze représentant les 2 jeunes frères du peintre offert par la famille. Pour accompagner le triptyque qui vient d'être restauré : un lutrin comportant des feuillets explicatifs.

Don d’un bronze de Léon Frederic

Le 3 mars 2018, les descendants du peintre L. Frederic ont offert aux villageois de Nafraiture une autre de ses œuvres : une plaque de bronze coulée par leur ancêtre en 1896. Ce magnifique bas-relief, unique œuvre sculptée du peintre, ornait le caveau familial dans un cimetière de Bruxelles. Elle représente les deux petits frères du peintre morts en bas âge : Ernest et Eugène. Elle a été fixée sur une pierre de schiste et repose dans l’église, à côté du triptyque.

Actions sur le document